jeudi 21 septembre 2017

Voir encore et toujours

Voir est la seule chose à laquelle je peux vraiment m’accrocher.

Ceci, car j’ai la ferme conviction que cela ne s’arrêtera jamais. C’est la seule chose qui continuera tout le temps, jusqu’à la fin des temps.


Tout le reste est éphémère. Tout est changement.


Cela ne sert à rien à s’accrocher à ce qu’on voit, car tout ce qu’on perçoit est soumis au changement.
On peut s’accrocher quelque temps à une image, mais celle-ci va quand même disparaître tôt ou tard.


L’observateur universel est en chaque être humain. C’est le privilège du règne humain. Les humains ont trois esprits : un qui gouverne l’essence du corps, un qui gouverne le souffle et un qui gouverne l’âme. Ils peuvent choisir d’être l’un de ces trois plans de conscience.

Pour voir cette continuité infinie de la vie, il suffit de fixer un point devant soi et d’étendre sa vue à l’infini. Regarder au-delà, à travers ce que l’on voit en tant que matière, est une pratique de concentration qui procure une énergie phénoménale.


Voir à travers les choses est un apprentissage qui contredit les lois de la physique. Il faut donc d’abord accepter l’idée que si l’on dissèque la matière jusqu’au niveau de l’atome, on commence à voir l’univers du changement permanent. Rien ne résiste à ce changement. Tout ce que nous voyons et croyons être éternel, sera amené à disparaître.


Le règne humain a un avantage sur les animaux, les végétaux et les minéraux, car il a la capacité d’être conscient de ce changement. C’est le seul véritable avantage que nous possédons et cela ne prouve aucunement que nous sommes supérieurs aux autres règnes, tout comme nous ne sommes pas inférieurs à ce qui est au-dessus de nous, mais par contre, notre dit : "règne" nous incombe une responsabilité.

Nous avons la capacité de développer l’intelligence universelle, mais pour cela nous devons faire marche arrière, en respectant les animaux, les plantes et la terre, sinon nous faisons fausse route. Il s’agit donc de ne pas faire de la basse flatterie devant ce qui nous est supérieur, mais aussi de ne pas être arrogant avec ce qui nous est inférieur. C’est ainsi que nous pouvons tisser une relation harmonieuse entre ce qui est en haut et ce qui est en bas.


Les animaux peuvent être supérieurs aux humains sur certains plans. Quand un tsunami arrive, ils se barrent, car leur instinct leur parle. Les éléphants peuvent vivre jusqu’à deux cents ans. Un arbre peut vivre mille ans. Une montagne peut demeurer des millions d’années.

Si nous voyons à quel point nous sommes éphémères, nous pouvons prendre conscience d’être autre chose et ainsi devenir l’observateur du phénomène de la vie.


La montagne a raison d’être conservatrice et de ne pas bouger pendant des lustres. L’arbre a parfaitement raison de prendre tout son temps pour trouver sa place et y demeurer le plus longtemps possible. L’éléphant a parfaitement raison d’allonger son temps de respiration pour tromper l’air du temps. L’humain a totalement raison, lorsqu’il accepte ces choses de la nature et qu’il s’y accorde sans forcément y mettre son grain de sel.

(Écrit sur fond de musique : https://www.youtube.com/watch?v=J65GxJ2v9Wg)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire