samedi 11 novembre 2017

Jiddu Krishnamurti

Je ne suis pas du tout un fan des idées de Jiddu Krishnamurti, personnage que je trouve beaucoup trop cérébral et même carrément matérialiste.

Par contre, il avait raison pour une chose très précise :
Pour arrêter le mental et espérer entrer en méditation, il faut utiliser le mental.


En allant jusqu’au bout de sa pensée et en allant ainsi débusquer l’esprit même de la pensée qui se cache dans les strates de la psyché, Il faut effectivement prendre le taureau par les cornes, si l’on veut avoir une chance d’immobiliser ce mental.


Le mental c’est cette voix qui se permet d’affirmer être le moi et qui prend la place de l’esprit qui siège dans le cœur. La pensée est le conseiller du cœur souverain ; c’est le Cardinal de Richelieu, c’est Iznogoud qui veut être calife à la place du calife, c’est le faux jeton qui va retourner sa veste, c’est le traitre.


Pour cela il suffit de lui donner de l’attention en se concentrant sur sa voix et en cherchant d’où elle vient.


Cette voix vient de la gauche (la rate). C’est l’intellectuel qui donne des conseils et qui fait toujours des théories très souvent foireuses. Il est néanmoins nécessaire, car il sert à la communication.


Pour lui fermer son caquet – afin d’avoir un peu la paix de temps en temps, il faut utiliser le pouvoir de la droite (le foie et la foi). C’est le général des armées, c’est celui qui voit et qui agit. En bref il faut se dépenser, car c’est le meilleur moyen de ne plus penser, c’est plutôt logique.


C’est ainsi que l’on a une chance de retrouver le juste milieu et de pouvoir se recentrer dans le cœur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire